MANGANAC

NATHALIE

NATHALIE

 

 

Tout d'abord, décortiquons Nathalie:

 

- Nous trouvons tout d'abord un "Na".

"Na" est une désapprobation puérile employée par d'espiègles jeunes enfants bien décidés à garder leur avis quelles qu'en soient les conséquences.

Nous avons là, dès le commencement, trois mots qui donnent le ton: "puéril", "espiègle" et "enfant". Oui, Nathalie a dans son coeur et dans sa tête, cette âme d'enfant qui fait défaut à bien des personnes.

Nathalie se fiche des protocoles, mieux, elle les transgresse. Il est impossible de lui imposer de faire quelquechose qu'elle ne veut pas faire.

 

- Puis, viennent les lettres "th".

"th" comme "Thanatos", le Dieu de la Mort.

Aussi étrange que celà puisse paraître et malgré son caractère enjoué, Nathalie a une passion pour la mort. Elle joue avec et s'en détâche sitôt son amusement passé. La Mort, après lui avoir lancé d'innombrables défis (et les avoir perdus), a décidé de ne plus s'occuper d'elle et l'a abandonnée à la Vie.

"th", comme "Thot".

Ah, l'Egypte...très grande passion pour Nathalie. Et quel autre dieu que "Thot" pour la décrire ?

Nathalie pourraient être elle aussi la déesse du Savoir et de l'Ecriture tant sa soif d'apprendre et de partager est grande.

"th" comme "Thor".

Et oui, encore un dieu. Après "Thot", dieu Egyptien, "Thor", dieu Scandinave.

Si Nathalie devait choisir entre ces deux divinités, il est certains qu'elle choisirait ce second. Une seule raison à ça, le soleil. Elle ne supporterait pas la chaleur imposée par Râ et lui préfèrerait à coup-sûr le ciel d'Odin.

Nathalie est également, tout comme "Thor", une véritable pile électrique. Soyez sûr qu'il vaut mieux qu'elle ne puisse pas lancer d'éclairs à tout-va car elle ne s'en priverait pas !

Nathalie est gentille, très gentille mais ne la poussez pas à bout ou alors, subissez son courroux !

"th" comme "Thésée".

Le Minotaure ? Quelle farce !

Si Nathalie était partie l'affronter, c'est en entrecôte et en tournedos qu'elle l'aurait fini. Elle est si courâgeuse et si pugnace que Dédale et le roi Minos aurait pû appeler leur labyrinthe, le Labyrinthe de Nathalie en guise de Labyrinthe du Minotaure !

Thésée aurait fini en Apéricubes s'il avait dû l'affronter.

 

- Enfin, nous avons "alie".

"alie" est l'anagramme d' "aile". Nathalie aimerait pouvoir s'envoler loin de l'agitation tumultueuse du quotidien. qui lui empoisonne bien trop souvent l'existence. Parfois, elle voudrait, sur un coup de tête, tout laisser tomber et disparaître.

"alie" est également l'anagramme  de "Leïa".

Tout comme "Leïa", Nathalieest une princesse. Ainsi, tout honneur doit être rendu à son rang. Le respect doit être de mise lorsque l'on s'adresse à elle. Mais comme "Leïa", elle saura se défendre si tel n'est pas le cas.

 

"alie" est aussi l'anagramme de "laie" et.........non rien.

 

Gilbert Bécaud faisait l'éloge dans une de ses chansons de son guide, qui s'appelait Nathalie; nous pourrions nous aussi avoir notre Nathalie comme guide. Autant comme guide touristique (Bordeaux n'a plus aucun secret pour elle) que guide spirituel.

Ceux qui oseraient la suivre s'en trouveraient métamorphosés.

 

1) Nathalie et ses amis.

Ce qui lui importe le plus est le bien-être de ses amis...occultant du même coup son bien-être à elle. Son empathie deviendra, j'en suis certains, proverbiale.

 

2) Nathalie et l'amour.

Déçue. Nathalie est déçue car l'amour qu'elle aurait aimé partager n'a jamais eu de réciprocité...jusqu'à maintenant. Il semblerait qu'enfin, un homme l'ai entendu. Un homme qui, il l'espère du plus profond de son âme, saura trouver les mots qu'elle a toujours voulu entendre. Un homme qui vouera son existence à la rendre heureuse.

Est-elle prête à y croire après tant de mensonges éhontés ?

 

3) Nathalie et les enfants.

Les enfants de Nathalie auront été sa bouée de sauvetage lors de ses douloureuses crises de cafards. Sans eux, aurait-elle pû tenir le coup ?

Malheureusement, les enfants grandissent vite et il lui faut trouver une autre bouée; cette bouée, ce sont ses amis.

 

4) Nathalie et la maladie

Lorsque la tête ne va pas, le corps ne va pas non plus.

Bien souvent, quand il n'y a plus aucune motivation, plus aucune envie de lutter, les maladies trouvent là une porte d'entrée grande ouverte et s'y engouffrent avec voracité. Ainsi, Nathalie est tombée malade...grâvement malade.

Et c'est là, quand tout semble perdu, que les enfants et les amis entrent en scène. Nathalie s'est relevée et a tordu le coup à toutes ses cellules malades une à une.

Désormais, adieu la survie, elle vit ou plutôt, elle revit.

 

 

 

 

J'ai l'immense privilège de connaître et surtout partager la vie de cette formidable femme, forte et fragile à la fois et, n'étant pas croyant, je ne ferais aucune promesse devant tel ou tel dieu, , je demanderais seulement à vous, ses "vrais" amis de me faire le plus grand mal si je devais un jour la rendre de nouveau aussi malheureuse qu'elle a pû l'être.

 

Nathalie, je t'aime.



23/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres