MANGANAC

Le moulin (12)

LE MOULIN

 

L'hélico présidentiel

Se posa dans un grand champ

Aucun bureaux officiels

Juste un moulin vieillissant

 

Ils entrèrent à l'intèrieur

Y découvrirent un taudis

Autant la vue que l'odeur

L'endroit était bien pourri

 

Les deux monstres interloqués

Crurent tout d'abord à un piège

Puis assistèrent médusés

A un drôle de sortilège

 

Les deux meules se déplacèrent

Dans un bruit assourdissant

Dévoilant sous ces dernières

Un escalier "descendant"

 

Le président les convia

A le suivre sans frémir

Le Gorille s'exécuta

Rejoint par le Lycampire

 

Les marches n'en finissaient pas

C'est à croire que ce chemin

Les conduisait tous les trois

Dans les Enfers ou plus loin

 

Tout en bas quelques néons

Se reflétaient sur les murs

Car du sol jusqu'au plafond

Pas une goutte de peinture

 

L'ensemble était carrelé

De la même couleur blanche

Pas un carreau de cassé

Le tout semblait bien étanche

 

Et telle une fourmilière

L'intèrieur grouillait de vie

Des savants des militaires

Dans des couloirs infinis

 

En arpentant les allées

Ils voyaient ici-et-là

De grandes salles protégées

Par des vitres en Plexiglas

 

La solicitude ambiante

Fut altérée par un cri

Puis une quiétude inquiétante

S'installa dans tout l'abri

 

Soudain branle-bas de combat

L'alerte rouge fut donnée

On répétait à tout va

Le Lycan s'est échappé

 

Tous partirent à sa poursuite

Courant comme des dératés

Il fallait l'arrêter vite

Car déjà la Mort frappait

 

Les couloirs immaculés

S'étaient teints différemment

La prédominence était

Evidemment couleur sang

 

Le suivre était chose aisée

Le rattraper un peu moins

Avec sa rapidité

Il pouvait être très loin

 

Le Gorille accéléra

Il le voulait en premier

La Lycampire rigola

Les paris étaient lancés

 

Tous deux riaient de concert

Comme si ce n'était qu'un jeu

Alors que leur adversaire

Etait vraiment dangereux

 

Justement il était là

Un physicien en otage

Il ne fallait surtout pas

Continuer le carnage

 

Le Lycampire s'avança

Avec un sourire en coin

Et d'un coup décapita

Autant Humain que Canin

 

Le Vampire dans un rictus

Dit aux soldats et consorts

"Est-ce que cet homme valait plus

Que les gars d'l'aéroport ?"

 

Personne n'osa protester

Tout redevint comme avant

Comme l'affaire était réglée

Ils suivirent le président

 



25/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres