MANGANAC

Promenade champêtre (14)

PROMENADE CHAMPETRE

 

 

Le bois vu en vidéo

Se trouvait en contrebas

Ils sautèrent de l'hélico

Accompagnés de soldats

 

Des caméras miniatures

Etant fixées sur leurs casques

Pas une seule des créatûres

N'échapperaient à la traque

 

Bien qu'il fusse se demander

Qui fut chasseur et chassé

Car sous ce ciel ombragé

Tout pouvait bien arriver

 

Ils marchèrent pendant des heures

Ne trouvant pas même un poil

Aucune raison d'avoir peur

Le jour cachait l'animal

 

Ils étaient partis à l'aube

Pensant qu'ils débusqueraient

Ces salop'ries xénophobes

Avant la fin d'la journée

 

Ils explorèrent toutes les grottes

Fouillèrent partout les buissons

La forêt cachait ses hôtes

Il fallait s'faire une raison

 

Malgré sa taille imposante

Le Gorille se déplaçait

A une vitesse stupéfiante

Sur les branches sans vaciller

 

Mais même du haut des grands arbres

Pas la trâce d'un seul Lycan

Et encore plus incroyable

Pas un seul être vivant

 

Il était assez étrange

De n'entendre que le son

Du craquement des phalanges

Des soldats sur leurs canons

 

Rien ne troublait la quiétude

De ce lieu où la Nature

Avait pris pour habitude

D'engloutir toutes souillures

 

La nuit tomba doucement

Et le soleil s'éclipsa

Laissant dans le firmament

Une traînée magenta

 

Peu rassurante en plein jour

La forêt semblait la nuit

Attendre tel un vautour

Que succombent ces pauvres vies

 

Les soldats se regroupèrent

Autour des deux mastodontes

Certains lancèrent des prières

Tout en assumant leur honte

 

Et toujours ce grand silence

Annonciateur de chagrins

Surtout quand d'un coup s'élance

Un hurlement surhumain



07/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres