MANGANAC

La vie ?

LA VIE ?

 

 

Que se passe-t'il ici

Que me veulent tous ces gens

J'étais bien à l'abri

Dans ton ventre maman

 

Je commence dans la vie

Avec une fessée

Mais ce tout premier cri

Ne s'ra pas le dernier

 

On me présente un sein

Tout doux tout chaud tout rond

Je cherche par instinct

Un p'tit bout de téton

 

Final'ment apaisé

Par ce premier repas

Je me force et je fais

Mon tout premier caca

 

Au lieu de rire bêt'ment

Si tu pouvais papa

Demander à maman

De m'enlever tout ça

 

Une semaine est passée

On rentre à la maison

Va falloir préparer

Tout un tas de bib'rons

 

Au bout de quelques mois

Je m'suis mis à marcher

Un joli parc en bois

M'a vite emprisonné

 

Viv'ment que j'ai des dents

J'en ai marre des p'tits pots

En plus c'est pas marrant

Je n'peux plus faire de rôts

 

Ca y est j'ai enfin l'âge

Premier jour d'maternelle

J'n'ai pas été très sage

J'ai voulu m'faire la belle

 

Au bout d'un mois et d'mi

J'm'y suis habitué

La sièste après midi

Ne me fait plus pleurer

 

En cours préparatoire

Là c'est moins rigolo

Y a une tonne de devoirs

Et un gros sac-à-dos

 

Vive la récréation

Pour pouvoir oublier

Toute la conjugaison

Les maths et le français

 

Me voilà au collège

Avec dix profs par jour

C'est un sacré manège

Lorsqu'on change de cours

 

Géo physique histoire

Espagnol et anglais

Pour s'endormir le soir

Tu peux laisser tomber

 

L'école n'est pas pour moi

Autant prendre un métier

J'irai au CFA

Apprenti boulanger

 

Passer quinze jours en classe

Et gagner de l'argent

C'est bien plus efficace

Et bien plus motivant

 

Ca n'a pas empêché

Au bout de ces deux ans

De voir le CAP

Partir en rigolant

 

Enfin la liberté

Désormais j'suis majeur

Plus qu'à m'faire réformer

L'armée c'est qu'du malheur

 

J'ai déserté six mois

En répétant cet air

"Vous qui pensez comme moi

Faites le mur pas guerre"

 

A vingt ans me voilà

Derrière une machine

Mais ça n'me déplait pas

De bosser à l'usine

 

Ca y est j'ai soixante ans

Je suis à la retraite

On me traite de fainéant

Et j'n'ai plus tout' ma tête

 

Le travail à la chaîne

M'a détruit tout le dos

Tous les jours on m'emmène

Passer quelques radios

 

J'atteins soixante-dix ans

Je ne vois plus personne

Mes seuls amis maint'nant

Alzeihmer Parkinson

 

Enfin la Mort est là

Patientez mes enfants

L'héritage de papa

Est d'abord pour maman



28/07/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres