MANGANAC

Déprime à la casse

DEPRIME A LA CASSE

 

Tous les jours le même rituel

La journée commence aux aurores

Quelques lentilles dans la gamelle

Direction l'usine près du port

 

Marcel a bientôt soixante ans

Il est déjà bien fatigué

La retraite est dans pas longtemps

Mais pourra-t'il en profiter ?

 

Quarante ans de loyaux services

Comme récompense un dos brisé

Regard éternellement triste

D'un homme complètement vidé

 

Les mêmes gestes à répéter

Sur la même chaîne de montage

Tel un robot bien programmé

Ou comme un homme pris en otage

 

Aucune plainte aucun remord

Le travail ne court plus les rues

Quand la santé ne va pas fort

Le salaire reprend le dessus

 

Ses seuls amis sont à l'usine

Que fera-t'il à la retraite ?

Plus il y pense plus il déprime

Tous ses repères vont disparaître

 

Il ne sait plus très bien c'qu'il veut

Rester ici, rester chez lui

Il se demande ce qu'est le mieux

Mourir chez lui, mourir ici...



04/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres